Passer au contenu

/ Faculté des sciences de l'éducation

Rechercher

Réussite massive des diplômés en éducation aux évaluations en français de leur formation

Depuis la mise en place du TECFÉE, tous les diplômés en éducation l’ont réussi, et ils ont aussi atteint toutes les exigences linguistiques imposées par les universités.

Les universités québécoises estiment, à l'unanimité, que leurs diplômés en éducation doivent montrer un niveau de maitrise du français oral et écrit digne du rôle social important qui leur est confié, celui d'enseignants. Elles reconnaissent qu'on doit être plus exigeants en matière de langue avec les enseignants qu'avec d'autres groupes de la société, puisque les enseignants doivent non seulement écrire et parler correctement, mais aussi amener leurs élèves à le faire. Il ne s'agit pas de faire d'eux des champions à des concours d'orthographe, ce qui n'est ni un défaut ni une condition requise, mais plutôt des professionnels capables de partager leurs connaissances sur la langue et leur passion pour elle.

N'est-il pas normal qu'un diplômé du collégial n'atteigne pas à son entrée à l'université les attentes qu'on a pour lui à la sortie de son programme et qui sont propres à ce programme? N'est-ce pas le rôle des universités de former des universitaires? C'est pour cette raison que les universités offrent aux futurs enseignants la formation requise, non seulement pour réussir un test, mais surtout pour soutenir le développement d'une compétence qui se poursuivra tout au long de leur carrière. Pour attester des effets de cette formation et s'assurer que les étudiants en éducation atteignent le niveau de compétence qu'il est raisonnable d'attendre d'eux lorsqu'ils obtiennent leur diplôme, les universités ont mis en place différents moyens d'évaluation. Certains diffèrent d'une institution à l'autre (cours offerts dans les différents programmes); un de ces moyens est commun à toutes les universités : c'est le TECFÉE.

Réussir le TECFÉE n'est pas une fin en soi, c'est l'un des moyens mis en place pour que les universités puissent certifier que leurs diplômés sont compétents en français. À notre avis, c'est un moyen nécessaire pour signifier l'importance que la société accorde à la compétence linguistique des enseignants. Un test ou un examen, quel qu'il soit, ne peut garantir à lui seul que celui qui l'a réussi a développé une compétence à un niveau suffisant; il contribue cependant à le faire. Le TECFÉE est un test conçu spécifiquement pour mesurer ce qu'il doit mesurer; il a de plus été validé selon les règles de l'art de la psychométrie. Les universités souhaiteraient que son nombre de passations autorisées soit limité, pour que le test demeure justement un moyen de certification parmi d'autres, et un moyen encore signifiant.

Depuis la mise en place du TECFÉE, tous les diplômés en éducation l'ont réussi, et ils ont aussi atteint toutes les exigences linguistiques imposées par les universités. Que les personnes qui songent à embrasser la carrière d'enseignant soient rassurées : les universités vont les accompagner dans le développement de toutes leurs compétences, incluant celle à écrire. Et que le public soit également rassuré : les universités ont à cœur la réussite en français de leurs diplômés en éducation. Voilà tout ce qui importe.

Qu'en est-il de la situation à l'Université de Montréal?

À l'Université de Montréal, le taux de réussite du TECFÉE demeure relativement stable depuis 2010 : un peu plus de 60 % de nos étudiants et étudiantes en enseignement réussissent ce test dès leur première passation. Il faut savoir que tous nos futurs enseignants, qu'ils soient inscrits au baccalauréat en enseignement des mathématiques, de l'éducation physique ou en enseignement au primaire, doivent réussir ce test avant leur inscription au 3e stage, avec le résultat exigé de 70 % à chacune des deux parties du test.

Bien sûr, ceux qui ont déjà acquis les connaissances de base en français écrit avant leur première passation le réussiront généralement du premier coup. Parmi eux se trouvent des étudiants qui avaient acquis ces connaissances avant même leur admission dans le programme et d'autres qui les ont acquises pendant leur formation universitaire. En effet, tous nos étudiants en enseignement doivent réussir au moins un cours de grammaire du français écrit pendant leur formation, généralement durant leur première ou leur deuxième année universitaire. Si des étudiants tentent de réussir le TECFÉE avant d'avoir participé à ce cours ou à d'autres mesures d'aide, les probabilités de réussite seront moins élevées, c'est pourquoi nous encourageons nos étudiants à attendre d'avoir acquis ou consolidé leurs connaissances en français écrit grâce à nos mesures de soutien, avant de faire une première passation. Pour les soutenir dans leur apprentissage, en plus des cours, nous leur offrons des rencontres individuelles au Centre d'aide en français du CCE, un service de tutorat par les pairs au Centre GramMath du CFIM et des ateliers. Cependant, certains choisissent de passer tout de même le test dès leur premier trimestre, parfois avant même d'avoir réussi le cours de rattrapage qui peut être imposé avant le cours obligatoire de français écrit. Ce choix explique, à notre avis, que certains étudiants aient besoin de plus d'une passation du test; notons que plus de 80 % de nos étudiants auront réussi les deux parties du test après une deuxième passation.

Enfin, le témoignage de nos étudiants de 4e année en enseignement nous confirme que l'offre de cours de français et d'autres mesures de soutien les prépare bien à la profession enseignante, puisque la compétence pour laquelle ils se sentent généralement les mieux formés est la compétence à communiquer clairement et correctement dans la langue d'enseignement.