Passer au contenu

/ Faculté des sciences de l'éducation

Rechercher

Fahimeh Darchinian

Diplômée

Un prix pour la meilleure thèse en recherche interculturelle 

C’est pour s’imprégner de nouvelles approches en recherche dans le domaine social que Fahimeh Darchinian, traductrice littéraire, choisit, en 2012, de quitter l’Iran pour s’installer à Montréal. Elle décide de s’inscrire à l’Université de Montréal afin de commencer un doctorat en sciences de l’éducation. La facilité linguistique et les possibilités de financement contribuent à ce choix. S’intéressant à l’intégration des jeunes issus de l’immigration dans le milieu francophone, sa thèse, soutenue en décembre 2017, porte sur ce thème : Les parcours d’orientation linguistique postsecondaire et professionnelle : l’expérience de jeunes adultes issus de l’immigration à Montréal. Selon Fahmieh, les expériences de discrimination amènent plusieurs de ces jeunes adultes à se diriger vers les milieux anglophones pour éviter un environnement de travail francophone. « L’intégration ne va pas de pair avec l’inclusion et l’accès à l’emploi n’est pas synonyme d’intégration », soutient la diplômée. Sa recherche est encadrée par Marie-Odile Magnan, professeure au Département d’administration et fondements de l’éducation et par Fasal Kanouté, professeure au Département de psychopédagogie et d’andragogie.

Prix de la meilleure thèse en recherche interculturelle

En juin 2019, Fahimeh se rendra en Suisse pour recevoir le Prix de la meilleure thèse en recherche interculturelle, octroyé, tous les deux ans, lors du congrès de l’Association internationale pour la recherche interculturelle (ARIC). Cette récompense vient couronner des années de sacrifices. « À mon arrivée ici, chaque jour était un défi », confie l’étudiante internationale maintenant diplômée.  Sa thèse s’est démarquée parmi celle des 22 autres candidats venus des quatre coins du monde. 

Le soutien de la Faculté

Fahimeh ne tarit pas d’éloges sur le dévouement du vice-décanat aux études supérieures et à la recherche de la Faculté, qui l’a soutenue tout au long de son parcours. « Grâce au soutien administratif de la Faculté et notamment de François Bowen, ancien vice-doyen aux études supérieures et à la recherche, et de son adjointe, Claudine Jomphe, j’ai pu entamer et poursuivre mes études. Ils ont tout fait pour m’aider à obtenir un financement ! » Elle exhorte l’Université de Montréal et la Faculté à continuer d’épauler et d’aider les étudiants internationaux.

Fahimeh vient d’obtenir un poste de professeure adjointe en sociologie de l'éducation au Département de sociologie de l’Université de Montréal. Nous la félicitons chaleureusement et lui souhaitons beaucoup de succès dans ses nouvelles fonctions !